• Facebook Talons et guidon
  • White Instagram Icon
  • La chaine youtube d'une motarde

© 2017 by Talons et Guidon Production - Alyson Aigrain

© Le blog moto rédigé par une motarde

talonsetguidon@gmail.com 

Trophée Robert Doron 2018

22.10.2018

Véritable passionné des 2 roues, Robert Doron dit aussi "BOB #11" fonde la concession Paris Nord Moto en 1983. 

Parti d’un petit garage situé dans un simple pavillon à la fin des années 70, il était devenu au fil des années l’un des plus importants concessionnaires Français.

 

 

 

Son magasin Paris-Nord Moto à Aulnay-sous-Bois (93) est connu par de très nombreux motards parisiens. Fondateur de la branche 2-roues au sein du CNPA, ce visionnaire était un vice-président très actif, n’hésitant pas à donner de son temps pour le bénéfice de toute une profession.

Il était le patron de la concession multimarques Paris Nord Motos à Aulnay. 

 

Il perd la vie en aout 2016 à Magny-Cours, lors d'une course en Promosport à l'âge de 66 ans au guidon de sa moto.

 

Afin de lui rendre hommage, un Trophée en son honneur fait son apparition en octobre 2017 ... 

 

Le Trophée Robert Doron au Circuit Carole 

 

Marie alias Mme Popp's :

 

Pour l'occasion, j'ai fait le déplacement de ma normandie jusqu'au circuit Carole afin d'encourager les copains et de découvrir l'événement.

 

Voici les différentes catégories proposées que j'ai pu admirer tout au long de ces deux jours :

 

• Endurance Trophée Robert Doron 

• Vitesse 1000/600 

• Séniors 

• Rookies Challenge/Women’s 

• Coupe Sportwin 

• Monster Race 

• PMR Cup

 

Nous aurions bien aimé prendre le départ de la Women’s avec Alyson mais ce sera pour une autre fois. Nous n’allions pas manquer de soutenir les amis et surtout les femmes présentes pour concourir.

Parmi elles Erika, Amandine, Lola, Marie, Sandrine ou encore Célia...

Elles sont toutes venues pour s’amuser, se faire plaisir et améliorer leurs performances. 

Un peu comme moi finalement. Bien que pour moi ma seule performance du week-end aura été le « panneautage ».

Mais ce fut une super expérience que de vivre la course de l'intérieur ... hors moto ! Encourager, regarder l'écran, admirer les chronos, informer ... A refaire !

 

Lily :

 

Idem pour moi, j'ai pas pu rouler ce week-end là et je dois me contenter d'attendre 2019 pour réaliser ma première compétition ...

Mais l'envie de tenir le guidon était trop forte alors pour ma part j'ai quand même pu faire une petite virée en CX ...

 

 

 

Merci à Jérome Languet pour ces sublimes images ! 

C'est toujours drôle d'arriver au milieu de ce paddock rempli de sportives avec sa veille mémère de 1981 =)

 

Bon, fini de parler de nous avec Marie, place aux vraies stars de cette RACE !

 

 

 

Lola Bougès, une nouvelle compétitrice #33

 

J'ai décidé de suivre l'une des 3 féminines de la catégorie "Rookie". En plus, c'était sa premiere compétition ! De quoi avoir le coeur qui palpite et l'adrénaline à son maximum. J'admire Lola car c'est une battante qui a du affronter bien des choses avant de pouvoir en arriver la.

Elle vous raconte son histoire et son Trophée Robert Doron :

 

Moi c'est Lola, j'ai 28 ans et ce weekend c'était ma toute première compétition à l'occasion du trophée Robert Doron ! C'était doublement important pour moi car il y a 2 ans jour pour jour j'ai eu un gros accident de moto qui a complètement changé ma vie: lors d'une sortie piste au circuit de Croix en Ternois avec mon Gsxr 1000 de 2004 j'ai fait un "high side" et j'en suis ressortie avec une cheville broyée. 2 ans et 4 opérations plus tard, j'ai toujours de grosses douleurs et malgré les multiples séances de kine je n'ai toujours pas récupéré ma mobilité. Mais peu importe, comme le moral c'est le plus important, j'ai pu reprendre doucement la piste avec le club X-Trem Racing, et aujourd'hui, me revoilà !

 

En revanche, le passage de vitesses reste très compliqué pour moi, c'est pourquoi je compte trouver le financement pour un système électronique qui me permettra de remplacer le sélecteur par 2 boutons au pouce ! Cela soulagera mes douleurs et je pourrai me concentrer seulement sur l'appui ! Et donc avec tout ça, ce week-end, le stress était à son comble !

 

Comment je vais tenir la cadence alors que j'ai beaucoup de mal à passer mes vitesses ? Est ce que physiquement je vais réussir à aller jusqu'au bout ? Et si je suis dernière ? Plein de questions qui ont simplement disparues au moment du départ. Après tout, c'est un entraînement, rien de plus ! Et en effet j'ai loupé mes vitesses et j'ai fini dernière, MAIS j'ai fini !!! Et j'en suis très fière ! J'ai appris ce qu'est une course, le stress qui va avec, faire un départ, mais surtout l'arrivée et tous les sentiments qui en découlent ! Et je sais ce que je dois travailler. C'est une super expérience que je compte bien vivre de nouveau, car j'ai pour projet de faire le championnat Women's Cup l'année prochaine ! Alors je vous dis à très bientôt, et vivez votre passion à fond !

 

 

 

 

 

 

Notre chère Doudoune et son premier podium Mixte

 

Nous l'avions déjà suivi lors de la Women's Cup 2018 et elle était déjà déterminée ... Mais cette fois-ci c'est dans un autre contexte que nous la retrouvons... Pour sa première compétition mixte ! Elle a décidé de se frotter aux hommes le week-end dernier et en plus elle n'a pas fait semblant puisqu'elle a eu l'occasion de performer à la 3eme marche du podium 600 devant quelques concurrents masculins qui n'ont pas manqué pour autant de l'applaudir !

Voici son compte-rendu de course ==> 

 

 

Ça y est, la dernière manche de la Women’s Cup à Alès étant passée, la saison de moto féminine se termine pour moi.

Je finis l’année à la 7ème place sur 24 dans la catégorie 600.

J’ai assisté au Trophée Robert Doron lors de sa première édition l’année dernière. J’étais alors à mille lieux de me dire que j’allai y participer cette année. Grâce à mon sponsor AS2R, me voila engagée en course Rookie (pilotes faisant leur première année de compétition).

L’excitation est à son comble dès l’inscription un mois avant !

 

Une compétition où je vais pouvoir me mesurer à des hommes, où l’on ne nous regardera pas en bête de cirque… (Désolée j’ai une image très arrêtée dorénavant sur les spectateurs des compétitions féminines. L’impression de ne pas être prise au sérieux, car nous ne roulons qu’entre nanas. L’inégalité homme/femme encore et toujours quoi qu’on y fasse…).

Je ne participe pas aux essais libres du vendredi connaissant Carole comme ma poche.

J’arrive directement le samedi pour les qualifications, l’ambiance est conviviale. Entre pilotes le respect est présent, aucune animosité n’a été ressentie. Les qualifications passent et me voila donc placée en 12ème position sur 21 pour ma première course et 15ème position pour la seconde course.

 

Une course 1 mémorable, avec une bataille tout au long de la course pour remonter sur une concurrente féminine que j’avais en ligne de mire. Une première place dans la catégorie féminine.

Le problème lorsque l’on fait une telle course la veille, c’est que la pression est doublée le lendemain, lorsqu’on se dit qu’on doit faire pareil voir mieux !

L’attente en pré-grille vous parait interminable, un nœud énorme au ventre qui vous pétrifie.

Tous vos supporters qui viennent vous saluer. On esquisse un sourire mais le cœur n’y est pas. Plusieurs concurrents et concurrentes viennent vous souhaiter bonne chance, et vous vous sentez alors à votre place.

 

 

A l’extinction des feux, toute la pression s’en va.

Le bonheur, sentir la piste défiler sous vos roues, chercher un concurrent devant à prendre en chasse ... Ce moment où vous ne faites plus qu’un avec la moto, en totale symbiose. 

C’est un sport extraordinaire... L’adrénaline, se couplant au mental, vous fait vous surpasser et atteindre des capacités jusque-là inexploitées.

 

Quand la course se termine, l’explosion de joie vous envahit le corps, les larmes montent, la pression redescend totalement.

Voir votre famille, vos concurrent(e)s, et vos supporters vous féliciter vous comble également de bonheur.

 

Une deuxième fois première féminine, et une jolie troisième place au cumul des temps en 600 (tout sexe confondu, sisi ! :P)

Un week-end inoubliable, qui a donc conforté mon choix de me tourner vers un championnat mixte l’année prochaine. Lequel ? Surprise… 😉

 

 

Des Femmes sur le Podium 

 

 

 

 

 

Crédit Photo : Jérome Languet / French Arrogance / Jean-Luc Couesme / Alain Cristol

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload